Menu

Accouchement prématuré

jeudi 12 janvier 2017

http://mamandejumelles.blogspot.com/2017/01/temoignage-mon-accouchement-premature.html

Au bout de quelques jours d'hospitalisation au service grossesse pathologique, les choses se sont de nouveau accéléré.


Les choses s'accélèrent:


J'ai tenu 5 jours au total. Mais les contractions continuaient à s’intensifier et à se rapprocher malgré les médicaments censés les ralentir, l’infection semblait augmenter malgré les antibiotiques. Et on m’annonce que là ce n’est plus possible, qu’il faut me faire accoucher, qu’on va m’emmener en salle d’accouchement.

Mon mari était rentré à la maison prendre une douche et souffler un peu, heureusement ma maman était là pour l’appeler et lui dire de débarquer au plus vite à l’hôpital.

J’insiste sur le mot « hôpital », et non maternité. Car pour moi, une maternité c’est un endroit où les parents connaissent le bonheur de faire connaissance avec leur(s) bébé(s), certes après quelques heures de travail (parfois longues et bien douloureuses, je l’admets volontiers), mais dans des conditions qui me semblent tellement idéales au vu de ce que j’ai enduré...


En salle d'accouchement:


A mon arrivée en salle d’accouchement, je tremblais comme une feuille, et je pleurais sans discontinuer. Mon mari est arrivé en trombe alors que j’étais sur le point d’accoucher. Les choses sont allées si vite que la péridurale n’a même pas eu le temps d’agir, et déjà on m’aspergeait de tonnes de bétadine, on me posait des tas et des tas de perfs, et on me disait de pousser.

Certaines pensées un peu débiles m’ont traversé l’esprit : je n’ai pas eu le temps de me laver les dents, ils doivent tous sentir ma mauvaise haleine quand je leur souffle dessus. Ou encore : mince j’ai pas enlevé mes bas de contention, ils vont être plein de sang. Et aussi : elle sert à rien cette petite demoiselle (étudiante ? sage femme ? aide soignante ?) qui me tient et me caresse la main en me chuchotant que tout va bien se passer (comment ça peut bien se passer ??!!! je suis en train d’accoucher alors que je suis à peine à 5 mois et demi de grossesse !!). Mais bon, je ne lui en veux pas, je la remercie même d’avoir été là, mais c’est juste que sur le moment ça me paraissait tellement surréaliste…

Ils étaient au moins une quinzaine autour de moi, deux ou trois à s’affairer, et les autres à regarder, à attendre. On m’expliquait des choses que j’écoutais vaguement, de loin, en essayant de me concentrer, mais trop apeurée pour tout saisir.


Mes petites puces sont vite emmenées:


jumeaux-jumelles-prématurité-couveuse-réanimation néonatale
Ma petite puce dans sa couveuse, 4 jours après sa naissance
En quelques minutes ma première petite puce était là, elle a poussé un cri si minuscule… On me l’a montré de loin pendant une seconde, puis ils l’ont tout de suite emmenée dans la pièce à côté, pour l’intuber, la mettre dans une couveuse, et l’emmener loin de moi… 

La deuxième petite puce a suivi trois minutes plus tard, et de nouveau un bref regard avant de la voir partir avec l’équipe médicale.

Le placenta a dû être retiré à la main, et j’ai tellement hurlé de douleur que mon mari a fait un malaise. L’anesthésiste l’a fait s’allonger par terre, les jambes en l’air, et quand il a pu se relever il est revenu me tenir la main.

Puis il a pu suivre nos bébés jusqu’au service de réanimation néonatale où elles allaient passer plus d’un mois au final.

On m’a rapidement expliqué comment je pouvais dès à présent masser mes seins pour aider à la montée de lait, et puis on m’a laissée seule dans la salle d’accouchement, dans le silence, le vide.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire