Menu

Le congé parental : mon bilan

samedi 20 janvier 2018


https://mamandejumelles.blogspot.com/2018/01/le-conge-parental-mon-bilan.html



Est-ce une bonne idée de prendre un congé parental???? Je préfère vous le dire tout de suite: je n'ai pas de réponse définitive à vous donner...

Honnêtement, je pense qu'il y a des arguments pour et contre, et aussi qu'il n'y a pas de mauvais choix.

Chacun choisit la solution qui lui correspond (et bien souvent ce n'est même pas un choix, car c'est la situation qui nous impose la solution...).

Mais laissez-moi vous expliquer comment j'en suis venue à "choisir" cette solution, et comment ça s'est passé pour moi.


🍼👶👶 L'avant:




Je ne pensais pas prendre le congé parental d'éducation au départ. J'envisageais de reprendre le travail à la fin de mon congé maternité.

J'avais d'ailleurs fait des demandes dans les crèches dès le début de ma grossesse (mais bon c'était déjà trop tard, il aurait fallu que je réserve deux places avant même de savoir que j'étais enceinte, et que j'allais avoir des jumelles...). Je m'étais dit que ça serait pas mal pour des jumelles d'aller à la crèche, pour être "mélangées" aux autres et ne pas rester tout le temps collées à deux.

J'avais eu le coup de cœur pour une micro-crèche bilingue, mais les tarifs étaient démentiels, et même avec la somme prise en charge par les impôts il restait trop à payer... J'y ai donc renoncé, et me suis dit que je leur parlerai anglais moi-même (la bonne blague!).

Bref, ne comptant pas trop sur les places en crèche, j'avais ensuite commencé à rencontrer des nounous juste après l'accouchement, pendant que les puces étaient encore à l'hôpital en néonatalogie (mes princesses sont arrivées très en avance, voir les articles de la rubrique "prématurité, notamment celui-ci).

J'en ai vu deux au total, pas beaucoup en fait, j'avoue avoir vite abandonné. En plus je suis partie avec des à-priori, parce que ma sœur avait déjà eu des soucis avec les nounous de ses filles... On veut toutes trouver la nounou parfaite, mais ce n'est pas toujours évident de trouver la perle rare!

La première était très gentille et avait eu des jumeaux aussi (en moi-même je me suis demandé si ça ne ferait pas un peu beaucoup de monde tout ça mais bon...), elle était même prête à me faire une ristourne sur le tarif! (la deuxième à moins 50%, comme au magasin, youpi!).
Elle m'a montré un petit cahier qu'elle tenait pour montrer aux parents les activités qu'elle faisait faire aux enfants, j'ai trouvé ça très chouette.
Elle m'a offert une couverture faite maison pour mettre sur les couveuses.
Et quand je suis partie, elle m'a couru après dans la rue (en pantoufles et sous la pluie) parce que j'avais oublié son CV sur la table.
Bref, elle était vraiment adorable.
Par contre, j'ai trouvé que c'était vraiment le bordel dans sa maison, et surtout que ça sentait hyper fort le chien mouillé (n'étant à la base pas forcément la plus grande fan des chiens, cela m'a franchement rebuté).
Et moi je ne l'ai même pas rappelé pour lui dire que ça n'allait pas le faire (oui, vous pouvez le dire, j'abuse... à ma décharge, j'avais quelques préoccupations en tête... mais bon...).

La deuxième avait l'air un peu plus rigide, mais sa maison était hyper propre, et elle avait trois grandes filles qui devaient sûrement lui filer un coup de main de temps en temps.
Elle avait demandé à voir une photo des puces, ce qui m'a touché.
Quand je l'ai rappelé une semaine après l'avoir vu pour rediscuter avec elle, elle n'avait déjà plus qu'une seule place de disponible.
Donc à moins d'en confier une et de garder l'autre, ou de les confier à deux nounous différentes (laisse tomber le bordel!), c'était mort...


🍼👶👶 Le pendant:



J'ai pris ça comme un signe (en fait je crois que ça m'arrangeait aussi, je n'avais pas envie de laisser mes puces, mais j'avais un peu peur de sauter le pas: de la réaction de mon mari, de la perte de mon salaire...).

Mais en discutant avec mon mari, on s'est dit que de toute façon, si c'était pour y laisser 800 euros minimum par mois pour la nounou, en plus de mes frais de route (j'avais quand même 40 min pour aller jusqu'à mon lieu de travail), il ne resterait plus grand chose de mon salaire à la fin du mois. Et puis on s'est dit que les aides de la CAF compenseraient un peu aussi.

J'admets aussi que je n'avais aucune envie de retourner travailler: j'avais changé de travail un an auparavant, et ce nouveau job ne me plaisait pas du tout: j’étais plutôt bien payée, j'avais des horaires et des collègues sympas, mais par contre j'avais de la route, et surtout qu'est-ce que je m'ennuyais!!!! (c'est vrai que travailler dans le secteur automobile en pleine période de crise, c'était pas forcément le bon plan...).

A l'époque (il y a quatre ans), la maman avait le droit de s'arrêter jusqu'aux trois ans des enfants.

Ce que j'ai donc fait.

Mes journées furent alors rythmées par les heures de biberon, les sorties en poussette quotidiennes, les changements de couche à répétition, ...

Les sorties étaient très limitées au début, surtout avec ma poussette king size. Je faisais donc tous les jours la même boucle, au départ de la maison pour ne pas avoir à charger/décharger de la voiture les cosys et la poussette. 

Bien sûr il y avait aussi tous les inévitables rendez-vous médicaux pour nous tenir occupées... Et d'ailleurs, s'il avait fallu que je pose ma journée à chaque fois, ça aurait pu être très compliqué avec mon employeur... Au moins, j'ai pu être auprès d'elles à chaque rendez-vous, pour les rassurer et les consoler.

Pendant la première année, je ne voyais donc plus grand monde à part la famille et les médecins. Les journées pouvaient vraiment paraître très longues, et je gardais les yeux rivés sur l'horloge quand je savais que quelqu'un venait à la maison me donner un coup de main, ou le soir quand mon mari était sur le point de rentrer.

Je n'avais pas pensé que le manque de relations sociales me pèserait, mais par moment on se sent quand même très seule.

Sans compter l'épuisement des nuits entrecoupées et des journées à cent à l'heure...

Et ensuite j'ai eu un nouvel objectif car il y a eu notre déménagement à préparer (on voulait se rapprocher de la famille), et je me suis mise à préparer et à empiler des cartons dans le garage à chaque fois que mes princesses piquaient du nez cinq minutes.

Une fois le déménagement fait, j'avais peur qu'elles s'ennuient à être tout le temps à la maison, alors dans notre nouvelle et grande nouvelle maison, je leur ai aménagé un immense espace de jeu (d'ailleurs, j'en ai déjà parlé ici).  Cela me permettait de grappiller un peu de temps pour me reposer, lire, prendre soin de moi, préparer des petits pots, faire la vaisselle et le ménage...

C'est vrai que nous vivions un peu dans notre bulle, car j'appréhendais les sorties, j'avais peur d'être débordée, peur qu'elles attrapent des microbes (ce qui ne les empêchait pas de tomber malades de toute manière...).

Puis la deuxième et troisième année on a bougé un peu plus car il y a eu les sorties au Relais d'Assistantes Maternelles le mardi (j'ai eu de la chance que dans ma commune ils autorisent également les mamans à venir, c'était tellement chouette!), et puis les sorties à la médiathèque le mercredi pour les lectures de contes.

J'étais contente d'avoir ces deux sorties par semaine, parce qu'il n'est pas toujours facile de trouver des activités pour les petits de moins de trois ans, et parce que ça me permettait de rencontrer à nouveau des gens!

Nous étions également de grandes adeptes des sorties au supermarché, seul endroit où la poussette double passe sans souci (aux caisses handicapés tout de même), et à l'animalerie pour dégueulasser les vitrines, courir partout dans les rayons, regarder les petits lapins.

Quant aux sorties au parc, je ne m'y suis pas mise tout de suite car cela me faisait peur de les emmener toute seule. Et si l'une se met à courir dans un sens, et la deuxième dans l'autre sens? Et si l'une a envie de faire pipi/fait pipi dans sa culotte/me réclame quelque chose que je n'ai pas emmené/...? Et si elles se blessent? #mamanparano

Et niveau activités et jeux, on a testé un peu de tout au cours de ces trois années, selon leurs humeurs et leurs capacités, selon mes envies aussi (j'avoue ne pas leur avoir souvent proposé de faire de la peinture ou de la pâte à modeler, par fainéantise de tout nettoyer après...) avec une préférence marquée pour la lecture et pour le dessin.

De ces trois ans je garde donc de très bons souvenirs de tous nos câlins, de nos promenades, de nos jeux et nos lectures mais aussi des souvenirs de la fatigue, de la solitude, du stress et de tous les rendez-vous médicaux.

jumelles
Notre activité préférée : les câlins (déguisements en option!)


🍼👶👶 L'après:



La reprise du travail au bout des trois ans: c'est une non-reprise en fait!!

Durant ces trois ans de "pause" (laissez-moi rire), je me suis remise en question... Travailler en logistique ne me plaisait plus, j'avais envie de faire autre chose: de me sentir plus utile, de faire un travail plus "humain", et au passage d'avoir les vacances scolaires et des horaires de jour pour rester disponible pour mes filles autant que possible!

Je me suis donc fait payer l'inscription au CNED (pour ceux qui ne connaissent pas, il s'agit de cours à distance) comme cadeau d'anniversaire (merci maman!!). Et j'ai préparé le CAPES documentation (pour être professeur documentaliste, alias "la dame du CDI"), toute seule comme une grande, pendant les deux heures de sieste par jour de mes filles.

Puis mes puces ont commencé à aller à l'école le matin (quand elles n'étaient pas malades), et j'arrivais donc parfois à bosser plusieurs heures dans la journée (alléluia!).

Mais forcément, avec si peu de préparation, face à des candidats inscrits à l'université qui n'ont que ça à faire (en dehors des happy hours du jeudi soir), je n'ai pas eu le concours! 

Demie-victoire quand même car j'ai réussi à avoir les écrits (j'étais complètement à l'ouest car mes filles étaient en train de faire la varicelle, et si vous avez vu ces photos vous avez vu qu'elles n'ont pas fait semblant!! donc je n'avais pas vraiment dormi... vive les boissons énergétiques!!), ce qui m'a permis d'aller jusqu'aux oraux me prendre une sacrée claque évaluer le niveau.

Je me suis dit que si j'avais réussi à avoir les écrits une première fois, je réussirai à les avoir une deuxième fois, et peut être même à réussir les oraux la prochaine fois!!

L'année suivante, fraîchement au chômage après avoir négocié une rupture conventionnelle avec mon employeur (qui ne m'avait pas fait remplacer pendant mes trois ans d'absence, et qui voulait me faire reprendre à 100% et avec des déplacements à l'étranger... bref, autant dire qu'il voulait me pousser à partir), je me suis de nouveau attelée à la préparation du concours.

Dur dur de redevenir étudiante à 32 ans, en ayant la tête pleine de préoccupations (j'ai lancé une lessive? on mange quoi ce soir? j'ai noté "lait" sur la liste de courses?)... La mémoire n'est plus ce qu'elle était, la concentration non plus.

Mais la motivation, elle, est bien là.

Et je l'ai eu, ce fichu CAPES!

Du coup je suis désormais fonctionnaire stagiaire pour cette année 2017-2018, affectée à une heure et demie de route de chez moi malgré le fait que je sois mariée avec deux enfants (tu n'avais qu'à obtenir une meilleure place au concours, banane!).

Parfois, je rêve un peu, et je me dis que ça pourrait être cool de s'ennuyer un peu... et après j'ouvre les yeux et je ris jaune.

Alors bien sûr, la reprise n'a pas été si facile, c'est quand même un sacré changement et surtout une sacrée organisation! Mais je vous en parlerai dans un autre article (suspens de fou!!).

Mais je tiens le coup. Et je suis fière de moi même: je me suis occupée de mes puces de mon mieux pendant ces trois années de congé parental (et je continue de le faire!), et j'ai réussi à me lancer dans le métier de mes rêves.

Je suis pas une super woman peut être???!!!

Oui, je me jette les fleurs (sans les pots, sinon ça fait mal).
Oui, mes chevilles enflent un peu dans mes chaussures (vive la mode des bottes bien larges).
Oui, je vous em...brasse. 😆😉


6 commentaires :

  1. Toutes mes félicitations pour l'obtention de ton CAPES ! C'est un sacré challenge que tu as relevé brillamment. Tu peux être fière mais alors très fière de toi.

    Bonne soirée à toi
    Cécilia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci c'est vraiment super gentil!! ;) très bonne soirée à toi aussi Cécilia !

      Supprimer
  2. Perso je trouve ça vraiment bien que tu aies réussi à reprendre une activité, je pense qu'aussi dur que ce soit aujourd'hui, ce sera aussi enrichissant (à tous les niveaux!), pour maintenant mais aussi pour le futur, car quand elles auront grandi, je pense vraiment que tu ne le regretteras pas. En tout cas félicitations pour ce concours et ce poste, même s'il n'est pas idéal, en reprenant des études et en ayant 2 enfants c'est vraiment une belle prouesse! chapeau!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Picou! Oui ce n'est pas évident au niveau organisation et tout et tout, mais je suis contente et ça me fait du bien de reprendre une activité!

      Supprimer
  3. C'est super tout ce chemin parcouru je trouve. Tu as su finalement te remettre en question au bon moment pour aller au bout de ton rêve. Je te souhaite d'avoir un poste bien plus près de chez toi par la suite! Bravo à toi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Madame Bobette!! Je me le souhaite aussi hihihi

      Supprimer